14 avenue Lemonnier (bld de L'Est) 50100 Cherbourg en Cotentin 02 33 88 72 00 levallois.cherbourg@allianz.fr

Actualités

devis auto et habitation en ligne

devis auto et habitation en ligne

Désormais, vous pouvez obtenir en ligne la cotisation d’assurance pour votre véhicule et/ou votre logement et souscrire rapidement votre contrat en agence tout près de chez vous. Vous bénéficiez ainsi d’un tarif compétitif et d’un service de proximité.

Notre logiciel de tarification vous permet de connaître rapidement le coût des différentes formules de garanties pour votre véhicule et votre habitation.

Cliquez ici pour débuter la tarification et laissez vous guider !!

Vos attestations scolaires sont en ligne !!

Si vous souhaitez télécharger et imprimer vos attestations scolaires de chez vous, c’est possible via votre espace client ALLIANZ !

Pour cela rendez vous sur le site allianz.fr ou connectez vous à l’application mobile.

Pour ceux qui n’ont pas encore activer leur espace client suivez le guide:

Permis moto : ce qui change au 1er mars

Permis moto : ce qui change au 1er mars

 PUBLIÉ LE 17 FÉVRIER 2020 À 16:54 MIS À JOUR LE 17 FÉVRIER 2020 À 16:57 PAR MARIE LIZAK SITE AUTO-MOTO

 Dès le 1er mars prochain, le permis moto va évoluer avec un nouveau code spécifique, un plateau revu ainsi qu’un examen plus approfondi. Si vous avez prévu de passer votre permis moto dans les mois à venir, vous n’êtes sans doute pas sans savoir que celui-ci va évoluer dès le 1er mars prochain. Plusieurs changements sont donc prévus, concernant aussi bien l’épreuve du Code, le plateau ainsi que l’examen pratique sur route ouverte, qui verra par ailleurs sa durée augmenter, ainsi que sa difficulté. Cette réforme, annoncée par Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la Sécurité Routière a notamment pour but de réduire la mortalité des motards, qui représentaient en 2019 19 % des tués sur les routes. Toutefois, et c’est plutôt bon signe, ce chiffre ne cesse de baisser, puisqu’il a dégringolé de 46 % par rapport à 2010. Dès le mois prochain donc, une nouvelle épreuve théorique spécifique au permis moto (ETM) fera donc son apparition, comprenant une quarantaine de questions dédiées à la pratique du deux-roues. Celles-ci porteront alors sur divers sujets, tels que l’entretien et la conduite ou encore le positionnement sur la route et la signalisation. Elles remplaceront par ailleurs les vérifications techniques effectuées au début du plateau, ainsi que l’interrogation orale pourtant sur les 12 fiches qui concluait alors l’épreuve. A noter que ceux qui ont déjà passé le code standard il y a moins de cinq ans et qui souhaitent passer le permis moto sont exemptés d’ETM jusqu’au 1er septembre prochain. Concrètement, il ne sera plus obligatoire de repasser le code traditionnel si vous êtes déjà titulaires du permis B, mais vous devrez en revanche passer celui spécifique à la moto pour espérer obtenir le précieux sésame. Une épreuve pratique revue Outre le code, les épreuves pratiques évoluent également, à commencer le plateau. Si celui-ci était jusqu’alors composé de deux parcours bien distincts, à savoir un lent et un rapide, ils seront désormais réunis en un seul. La difficulté ne devrait pas changer, d’autant plus qu’il sera désormais possible de faire jusqu’à trois erreurs, que ce soit poser le pied au sol ou décaler un cône, avant d’être recalé. A noter également que la « poussette », consistant à déplacer la moto à la force des bras se fera cette fois-ci en ligne droite et non plus en virage. En revanche, il ne sera plus possible que de faire deux tentatives au lieu de trois jusqu’à présent dans les différents exercices. De son côté, l’épreuve sur route ouverte verra sa durée allongée d’une dizaine de minutes, passant de 30 à 40 environ. Elle intègrera également la Trajectoire de Sécurité désormais enseignée tout au long de la formation, tandis que la notation sera un peu plus sévère. Il faudra en effet obtenir 21 points sur 27 pour être reçu, contre 17 jusqu’à présent. Enfin, et même si cela n’est pas encore officiel, il se pourrait que l’équipement obligatoire pour passer l’examen évolue aussi. Si seul le casque, ainsi que les gants sont pour l’heure indispensables, des discussions sont en cours afin d’imposer le port du blouson, d’un pantalon et de chaussures répondant à la norme CE.

Les prothèses auditives du «100% Santé» sont de bonne qualité, selon l’UFC Que Choisir

Les prothèses auditives du «100% Santé» sont de bonne qualité, selon l’UFC Que Choisir

 Par Le Figaro avec AFP Publié le 20 février 2020 à 06:32

Les prothèses auditives proposées dans le cadre du dispositif «100% Santé», qui garantit aux patients un «reste à charge» réduit, ne sont pas des appareils «au rabais», se félicite l’association UFC-Que choisir dans un test publié jeudi. Ces prothèses «ont démontré une qualité équivalente aux modèles les plus chers», affirme l’association, qui a comparé en laboratoire sept modèles éligibles au 100% santé et six vendues à prix libre. À lire aussi : Audio, optique, dentaire… le big bang de la réforme du 100% Santé «Si des différences de qualité notables existent entre appareils, elles ne sont pas liées à leur prix», soulignent les auteurs de ce test, publié dans le numéro de mars du magazine «Que choisir», en vente jeudi. «Les modèles se distinguent en revanche par leurs options (rechargeable ou à piles, Bluetooth, précision des réglages…) plus nombreuses et évoluées sur les modèles haut de gamme». L’absence de ces options ne remet cependant pas en cause la qualité des prothèses 100% santé, concluent les auteurs. Promesse emblématique d’Emmanuel Macron, le «reste à charge zéro» pour les soins dentaires, optiques et auditifs, baptisé «100% santé», entre en vigueur progressivement depuis 2019, et sera pleinement en place d’ici 2021. Concernant les aides auditives éligibles à ce dispositif, le «reste à charge» est actuellement de 750 euros par oreille mais deviendra nul à compter du premier janvier prochain. À lire aussi : «8 000 patients ont déjà bénéficié d’une réduction du reste à charge sur les aides auditives» Il reste désormais à «s’assurer que les professionnels jouent le jeu de la réforme et proposent, sans les dénigrer, les prothèses 100% santé», observe l’association de défense des consommateurs. Du fait du «manque d’indépendance d’une partie des audioprothésistes vis-à-vis des fabricants», les pouvoirs publics doivent «redoubler de vigilance» et mener «des contrôles pour s’assurer que le devoir de conseil et de loyauté des professionnels vis-à-vis de leurs patients prévaut». Ils doivent «présenter de manière objective les appareils à prix plafonné, sans quoi les usagers s’en détourneront», souligne l’association.

Avez-vous vraiment le droit de piloter une 125 cm3 avec votre permis voiture?

Avez-vous vraiment le droit de piloter une 125 cm3 avec votre permis voiture?

Non, le permis B (voiture) ne suffit pas à prendre le guidon d’une moto ou d’un scooter de 125 cm3. Ceux qui ne peuvent prouver d’une solide expérience devront suivre une formation de 7 heures, un minimum avant de partir sur la route.

La rentrée fait la part belle aux motos. Pas seulement aux gros cubes, mais aussi, et peut-être surtout, aux petites cylindrées que l’on peut piloter sans avoir à passer son permis moto, pour dépenser moins et circuler plus facilement en ville. Dit comme cela, les choses paraissent plutôt simples et de nombreux automobilistes achètent une moto ou un scooter. Or, le permis B ne suffit pas pour avoir le droit de conduire une 125, il ne donne pas automatiquement une équivalence avec le permis A1 (motocyclette légère*). Une formation de 7 heures Pour conduire un engin de plus de 50 cm3 jusqu’à 125 cm3, il faut être titulaire du permis B. Pour un scooter à trois roues, il faut même avoir plus de 21 ans. Mais dans tous les cas, il faudra suivre dans une moto école une formation de 7 heures pour un montant de 200 à 300 euros. ADVERTISING Ads by Teads Cette formation comprend une partie théorique de deux heures, puis deux heures de conduite hors circulation (sur « plateau ») et trois heures de conduite en circulation et hors agglomération. « Il ne faut pas croire que cette formation n’est qu’une formalité administrative, les 125 sont des motos qui peuvent atteindre 130 km/h. Il faut savoir les piloter », tient à nous préciser Emmanuel Barbe, délégué interministériel de la Sécurité Routière. 

Grâce aux automobilistes, la France est en tête des ventes européennes de motos et scooters Sans stage, c’est comme rouler sans permis Si pour ceux qui ont passé leur permis B récemment, les choses sont claires, elles le sont moins pour ceux qui l’ont passé à des époques où le permis B donnait droit à une équivalence. >> BFM Pratique : des formations pour le code et le permis à des prix attractifs avec notre partenaire Auto-école.net En toute bonne foi, ils s’achètent une petite moto ou un scooter. Et contrairement à ce que l’on peut lire sur de nombreux sites, ils roulent sans permis. « C’est un délit qui annule la couverture de son assurance » lors d’un accident, prévient Emmanuel Barbe. En cas de contrôle de police ou de gendarmerie, le conducteur risque une contravention de 135 euros et un retrait de 3 points sur le permis.

À lire : Permis moto: à quoi va ressembler le (tout) nouvel examen La confusion vient de règles aujourd’hui caduques. Pendant de nombreuses années, le permis B donnait une équivalence au A1. Mais l’augmentation des accidents d’automobilistes qui, du jour au lendemain, ont enfourché un deux roues, a convaincu les pouvoirs publics de changer les règles. Désormais, il faut suivre la formation ou justifier de deux années d’assurances pour une 125. « Cette rétroactivité a été décidé pour ne pas pénaliser ceux qui conduisent régulièrement depuis longtemps et qui ont acquis de l’expérience », indique Emmanuel Barbe. Dernier détail à bien avoir à l’esprit, cette autorisation à piloter une 125 n’est qu’une équivalence au permis A1, pas le permis A1 en lui-même. En France, c’est un détail, mais à l’étranger, il a son importance puisque ce permis n’est pas reconnu. Passé nos frontières, il ne sera plus possible de conduire une moto de 50 à 125 cm3, excepté pour ceux qui, sur leur permis, dispose d’un cachet validant le permis permettant de piloter des motocyclettes légères. 

*Il s’agit d’engin d’une cylindrée maximale de 125 cm³ et d’une puissance n’excédant pas 11 kilowatts (15 chevaux) et dont le rapport puissance/poids ne dépasse pas 0,1 kilowatt par kilogramme.

Loading...

Share This